Adrien et Yohan ont testé pour vous le Ball-Split de la marque américaine Oxballs.

Cette marque est présente sur le sex shop gay depuis les débuts et son évolution est importante ces dernières années. Elle a su marquer sa différence face à d’autres marques de sex-toys et séduire de nombreux mecs.

Et on le comprend en voyant les visuels et en lisant les commentaires des deux garçons testeurs.

Nous vous invitons à suivre leur expérience pas à pas.

 

Découvrir ces produits sur le sex shop gay du Club Jimmy



Un ballstretcher Ball-Split qui rend dingue

« Nous n’avions jamais utilisé ce style de sextoy avant et nous n’avons pas été déçus. L’effet est surprenant et très excitant !«

Il faut dire que Oxballs a mis le paquet pour concevoir cet anneau pénien qui se compose de plusieurs éléments et qui donne des sensations incroyables.

La structure comporte donc 3 entrées pour le passage à la fois du pénis et des bourses. Ces ouvertures permettent de faire tenir le ballstretcher sur les parties intimes et de créer des formes volumineuses et une mise en avant (les photos d’Adrien en témoignent).

Adrien et Yohan ont donc testé la version noire de ce Ball-Split Oxballs

Des sensations incroyables avec ce ballstretcher

Le nom donné à ce ballstretcher « Ball-Split » donne bien le ton de cet accessoire masculin spécialement conçu pour les gays. La mise en valeur du sexe est exceptionnelle mais il trouve un intérêt supplémentaire dans l’exhibition des bourses.

Le Ball-split oxballs partage les bourses

Un pénis bien dur : La puissance de serrage de ce sextoy permet de rendre le pénis dur et volumineux. Il maintien une érection forte et donne à voir les veines qui sont renforcées. Cela crée un bel effet excitant.

« J’ai carrément kiffé voir les veines ressortir de ma queue bien dure !« , Adrien

Un gland décalotté excitant : Le fait de le porter sur le sexe et d’englober les testicules a pour conséquences de tirer sur la peau du pénis et de mettre alors plus en avant le gland.Lorsque Adrien porte le Ball-Split, on voit bien que le frein est tendu et le gland décalotté à fond.

« Ca me faisait un peu peur au début de mettre cet accessoire, justement parce que je suis sensible du frein, mais en fait avec un peu de précaution en le positionnant ça a été ! Et je regrette pas… » ,Adrien

Des bourses séparées : L’intérêt du ball stretcher est bien visible ici. Les deux testicules sont bien partagées et la forme est est plus excitante. Ce qui est idéal c’est de voir que le concept du « split » (partage) fonctionne sur les mecs qui ont les couilles serrées et aussi sur ceux qui ont les couilles pendantes.

« Là ce fut la révélation de ce sex-toy ! Je n’avais jamais ressenti ce genre de sensations. Avoir les couilles séparées m’a vraiment donné un autre plaisir et j’ai bien aimé jouer avec ensuite pour m’exciter encore plus. Je crois que ça a plu aussi à Yohan.« , Adrien

Les caractéristiques du Ball-Split

Comme d’autres ballstretchers, celui-ci est composé d’ouvertures pour lesquelles les dimensions sont importantes. En effet, c’est la taille de ces passages qui déterminent le niveau de serrage.

Etant donné que ce style de sextoy fonctionne comme un cockring, il convient que les parties intimes soient serrées un minium pour permettre les effets décrits plus haut.

OUVERTURE POUR LE PENIS 30 mm
OUVERTURE POUR LES BOURSES 25 mm
POIDS 40 grammes
MATIERES TPR

L’avis de nos testeurs de sextoys

Maniabilité : Le fait qu’il y ait plusieurs trous à passer pour le mettre complique un peu la mise en place. Toutefois, il existe des astuces pour pouvoir l’enfiler sereinement. Le lubrifiant peut être utilisé pour le faire glisser et le mettre bien en place à la base du sexe et faire passe les bourses de façon plus simple.

« J’ai suivi les conseils du sex shop pour le mettre sur ma queue et ça a marché… C’est vrai qu’avec un peu de gel ça passe mieux et ensuite c’est que du bonheur ! »

Attention toutefois à ne pas garder trop longtemps l’anneau en place. Le temps du moment sexuel est suffisant. Une gêne peut ensuite être ressenti… notamment par les mecs TTBM !

Aspect : La matière utilisée est extensible donc c’est plutôt agréable. Ca aide d’abord à le mettre et ensuite ça permet que le ball-split s’adapte à la forme du sexe.
Le ballstretcher existe, par ailleurs, en version Bleue sur la boutique.

Sensations : Comment parler des sensations sans évoquer le fait que la jouissance est amplifiée avec le port de ce Ball-Split. Et c’est cette fois Yohan qui s’est prêté au jeu … Les sensations ont été tellement intenses qu’Adrien a tout pris !

Ballstretcher Ball-split et sperme

Convaincu par ce test du Ball-split d’Oxballs ?

Si vous souhaitez obtenir ce modèle de sex-toy, vous pouvez vous rendre sur le sex shop gay et commander le ballstretcher. Vous aurez le choix parmi d’autres accessoires tout aussi excitant …

A vous de découvrir et de nous faire part de vos commentaires et avis.

 

Découvrir ces produits sur le sex shop gay du Club Jimmy

 


Vidéo gay


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne manquez acucune info gay

et recevez immédiatement un cadeau !

Vous aimerez aussi

Histoire gay – Mon job d’été

Au moment où cela s’est passé, j’avais dix-huit ans et je pense que j’ai vécu une expérience qui a sans doute conditionné ma manière d’aimer le sexe

Histoire gay : Sur une aire d’autoroute

Histoire gay : Nous sommes tous les deux trentenaires, mariés depuis 7 ans. Moi bisexuel peu assumé mais une libido débordante, elle bisexuelle résignée hétéro, mais une libido inexistante depuis 6 mois.

Histoire gay – Les policiers du bonheur

Voici une histoire de policiers, racontée par Thomas qui a 22 ans, châtain, yeux bleus, plutôt grand et bien bâti. 

Fabricio Lima : le sexy barman qui tarde encore à faire son « coming out familial »

A 33 ans, Fabricio Lima est un homme gay totalement assumé.

Christian Soulier : le visage du poly-amour gay

Perversion, polygamie déguisée ou tout simplement trio amoureux assumé ?