Un photographe documente le travail des enfants au Bangladesh

Des anges en enfer : Le photographe bengali GMB Akash dénonce le travail des enfants dans son pays à travers une série de photos déchirante. ...

Des anges en enfer : Le photographe bengali GMB Akash dénonce le travail des enfants dans son pays à travers une série de photos déchirante.

Pourtant interdit au Bangladesh depuis 1992, le travail des enfants continue d’être un fléau dans ce pays d’Asie du Sud. Les enfants restent ici les êtres les plus vulnérables qui vivent sous la menace de la faim, de l’analphabétisme, du déplacement, de l’exploitation, du trafic, et de la violence physique et mentale.

Bien que la question du travail des enfants ait toujours été discutée, les progrès « remarquables » ne sont pas suffisants. Encore aujourd’hui, on estime que 168 millions d’enfants travaillent actuellement dans le monde. C’est deux fois moins qu’en 2000, mais c’est encore beaucoup trop.

Beaucoup de ces enfants sont engagés dans diverses professions dangereuses dans les usines de fabrication sans aucune protection légale. Les propriétaires d’usines préfèrent employer des enfants, car ils peuvent les payer moins et éviter les mouvements de syndicalisme. En enfer au travail, un enfant perçoit 400 à 700 taka (6 à 10 $) par mois, tandis qu’un travailleur adulte gagne jusqu’à 5000 taka par mois (64 $).

G.M.B. Akash, un photographe bangladais, s’est penché il y a quelques années sur cette réalité qui gangrène son pays, et a publié une série de clichés intitulée Angels in Hell (Anges en enfer) qui invite à réfléchir quant à notre rôle en tant que consommateur, surtout en cette période festive.

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

Selon le photographe, les enfants qu’il a photographiés travaillent dès huit heures pour une journée de douze heures, dans des usines « lugubres, insalubres et enfumées » où se mêlent chaleur insupportable et bruit permanent. Ils ont pour seul repas une banane et du pain. D’autres travaillent sur des terrains vagues, des carrières poussiéreuses à partir de 6h du matin jusqu’au coucher du soleil. Certains ne sont âgés que de cinq ans…

« Si mes images mettent en lumière des réalités terrifiantes que des millions d’enfants doivent affronter chaque jour, alors j’ai accompli mon travail. Je parle de 7,4 millions d’enfants qui risquent leur vie chaque seconde pour pouvoir manger et se sortir de la pauvreté, c’est l’histoire de ceux dont nous nous soucions rarement. »

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

Des bourreaux sans pitiés qui jurent aider les enfants

Frappé par les conditions de travail inhumaines, GMB Akash n’a pas hésité à demander aux patrons de ces usines comment ils pouvaient se regarder dans une glace chaque jour. La réponse est toujours la même : « Si nous n’employons pas ces enfants, ils seraient dans la rue, certainement addicts. Peux-tu leur donner trois repas par jour, une éducation et un toit ? Quelques-uns aident leur mère à survivre. D’autres aident leurs jeunes frères à accéder à l’éducation. Nous les aidons à survivre. »

Selon le photographe, qui a du mal à y croire lui-même, beaucoup enfants sont un revenu « indispensable » pour leurs familles, et nombreuses sont celles qui dépendent entièrement du revenu de leurs enfants âgés de 5 à 12 ans…

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

GMB Akash, le travail des enfants au Bangladesh

Crédits photos: G.M.B. Akash

Source Newsly

Catégories
CulturePhotos
Pas de commentaire

Laissez un commentaire

*

*

  • Entre les vampires (assoiffés de sang), les piranhas (géants), les aliens (belliqueux) et les monstres (effrayants), il y en a pour toutes les phobies… ...
  • Installé au sein du Palais de Tokyo, Monsieur Bleu propose une cuisine de brasserie chic dans une ambiance art déco. ...
  • Un titre composé par Julien Clerc, un clip réalisé par Julien Doré. C’est un casting quatre étoiles qu’a réussi à réunir le singulier chanteur Alex Beaupain pour « Coule...
  • « Trop c’est trop ! » Bernie Sanders vient de créer un nouveau mouvement aux États-Unis : Our Revolution.   Bonus On a choisi pour vous...

VOUS AIMEREZ AUSSI

  • De quoi aime-t-on avoir peur au cinéma ?

    Entre les vampires (assoiffés de sang), les piranhas (géants), les aliens (belliqueux) et les monstres (effrayants), il y en a pour toutes les phobies… ...
  • Alex Beaupain coule…

    Un titre composé par Julien Clerc, un clip réalisé par Julien Doré. C’est un casting quatre étoiles qu’a réussi à réunir le singulier chanteur Alex Beaupain pour « Coule...
  • Images insolites #19

    Voici une sélection de WTF, de cosplay retro, de pubs vintages, d’illustrations trash, de photos bizarres, de délires surréalistes, sans contexte ni explication, glanée dans les méandres sans fin...
  • Les beaux gosses du jour (09/04)

    Le Club Jimmy vous propose sa selection de beaux gosses du jour (09/04). A consommer sans modération. Régalez-vous....
Ne manquez plus aucune info gay
et devenez VIP du Club Jimmy
Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers
Ne plus me montrer