Culture

Les inspirations de Star Wars

Vues

Un documentaire informé et passionnant analyse les sources d’inspirations du réalisateur George Lucas pour le premier volet de sa saga intergalactique. Stanley Kubrick, Akira Kurosawa, Fritz Lang et bien d’autres.

Dans une vidéo de deux heures, l’Américain Michael Heilemann analyse en détails les références et les sources qui ont inspiré George Lucas pour la réalisation du premier Star Wars sorti en 1977. Sur son site Kitbashed il décrypte avec minutie toute la trame de Star Wars: Episode IV – Un nouvel espoir en comparant chaque scène du film avec des extraits vidéos de longs métrages qui ont influencé George Lucas.

Un détail architectural, un dialogue, une musique, une situation, des costumes, rien n’échappe à l’œil affûté de Michael Heilemann. Avec une quinzaine de film pour références et des cinéastes de renom: Akira Kurosawa, Stanley Kubrick ou encore Fritz Lang, Star Wars se situe à la fois comme un film à la fois futuriste et rétro. Si les concordances ne sont pas toujours évidentes, certaines sont cruellement frappantes. En 1977 déjà, certaines critiques, dont celle du magazine Première qualifiaient le long métrage de «bande dessinée futuriste dont les parents spirituels sont Flash Gordon et Prince Vaillant».

2001 l’Odyssée de l’espace, Metropolis, La Forteresse cachée…

C-3PO dans <i>Star Wars</i>, Maria dans <i>Metropolis</i>.
C-3PO dans Star Wars, Maria dans Metropolis. Crédits photo : ©Rue des Archives/RDA 

Il débute son analyse dès la typographie du titre et le résumé défilant, empruntés au Flash Gordon en noir et blanc de 1936 ou au film Planète interdite de 1956 (visibles dès le début de la vidéo). 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick est une source d’inspiration constante, tant dans l’architecture des vaisseaux que dans les images de l’espace. La similitude est frappante entre le droïde C-3PO et le personnage de Maria robotisé dans Metropolis du cinéaste allemand, Fritz Lang.

L’une des références les plus évidentes est celle du cinéma d’Akira Kurosawa, à travers le film La Forteresse cachée (1958) que l’on peut voir plusieurs fois dans la vidéo (à 12min38, 14min20…). George Lucas s’en inspire pour créer l’atmosphère de la planète Tatooine et la scène dans le désert où les droïdes C-3PO et R2D2 se querellent gentiment.

Tintin dans <i>Les cigares du pharaon</i>, R2D2 dans <i>Star Wars</i>.
Tintin dans Les cigares du pharaon, R2D2 dans Star Wars

Les rappels sont parfois concentrés sur une image, une musique, un graphisme. Michael Heilemann trouve des concordances avec certaines planches de Tintin dans Les Cigares du Pharaon (11min34, 14min15…). La musique d’une scène ou C-3PO ère dans le désert résonne étrangement comme Le Sacre du printemps d’Igor Stravinsky. Le design intérieur de la mystérieuse Etoile noire (1h32) ressemble étonnamment à celui de la Planète interdite de Fred M. Wilcox sorti en 1956, et la destruction de la planète Alderaan par Dark Vador (1h04) fait référence à Star Trek – The immunity syndrome (1966).

Bien d’autres clins d’œil sont présents dans cette vidéo: Le Bon, la Brute et le Truand (1966), Air Force (1943), ou encore Casablanca (1942). Michael Heilemann explique sur son site que ce premier montage n’est qu’un «work in progress» destiné à être complété au fur et à mesure. Les fans de la saga apprécieront particulièrement les recherches détaillées de ce documentaire, qui prouve que si Star Wars n’était pas particulièrement original à l’époque de sa sortie, George Lucas et son équipe ont su concentrer des influences diverses et créer un univers à part, faisant de cette saga une œuvre moderniste, visionnaire, qui n’a pas pris une ride trente ans plus tard.

Avec Le Figaro

[amz-related-products search_index=’All’ keywords=’Star Wars’ unit=’list’]

Article publié pour la première fois le 06/07/2014

Laisser un commentaire

Ne manquez

aucune info gay !

et gagnez immédiatement un cadeau

Abonnez-vous

Merci !

Ne manquez aucune info gay et recevez un cadeau !

Votre email restera confidentiel