AccueilC'est la vieLes choses que l’on déteste dans le métro

Les choses que l’on déteste dans le métro

Une étude a récemment démontré que Paris était la ville la mieux desservie par les transports en commun dans le monde (sic !).

Il est vrai que le métro est bien pratique pour aller dans les quatre coins de Paris, mais parfois, on n’en peut plus !

Florilège de ce qui nous agace le plus.

Celui qui lit notre journal au dessus de notre épaule, ou pire nos textos. Nous, quand on essaie de voir ce que cette fille raconte à sa copine de son rencard de la veille, on la joue discrète au moins !

Celui qui pense qu’on capte dans le métro… « Allo ? Allo ? Oui, donc je te disais, mon chat s’est encore lâché sur la couette. Allo ? ».  Au fait, on en est où de la 4G dans le métro ?

La ligne 13 en heure de pointe.

En été, c’est un sauna. En hiver, c’est un hammam. On a beau retirer toutes nos couches de vêtements comme un oignon quand on y entre, il y fait toujours bien trop chaud. Pour peu qu’il y ait eu de la pluie, l’odeur de chien mouillé est omniprésente.

Et donc, les odeurs. Haleine, sueur, alcool, parfum Thierry Mugler…

Les gens qui ne laissent pas descendre avant de monter. Oui, sachez, que tout le monde vous déteste.

Le frotteur. Cet homme qui se colle aux filles avec les mains baladeuses alors que le métro n’est même pas bondé.

A lire aussi
Ne plus oublier les prénoms

Les escaliers du métro. Qui n’a jamais eu peur de perdre la vie après avoir ripé sur une marche ?

Les changements à certaines stations. On fuit donc République, Montparnasse, Châtelet-Les Halles ou encore Auber. Il faut parfois presque 10 minutes pour trouver la ligne que l’on veut.

Celui qui mange un MacDo alors que l’on a super faim.

La femme à peine enceinte qui nous regarde avec insistance pour nous faire culpabiliser. Nous, on a la grippe et cela faisait 25 minutes que l’on était debout dans la 9. À force de pression silencieuse, on se lève. Les autres passagers, eux, continuent royalement de l’ignorer.

Les poussettes. Pardon.



Celui qui reste devant la porte alors que le métro n’est pas blindé.

Celui qui a un manteau avec des poils sur la capuche. On ne sait pas comment, mais ils viennent toujours se mettre dans notre nez.

Celui qui écoute sa musique trop fort. On peut sourire en constatant que cet homme en costume écoute Céline Dion, mais quand on a l’équivalent d’un technival à 20 centimètres de soi, là, c’est tout de suite moins amusant.

Celui qui garde son sac sur le dos quand la rame est bondée…

[ninja-inline id=174902]

Pas de commentaires

laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.