AccueilGayHistoire gay – Une bien belle surprise

Histoire gay – Une bien belle surprise

Cela faisait plusieurs mois que l’idée me trottait dans la tête. Comme une envie de faire plaisir, de lui faire plaisir, d’essayer autre chose. Je ne savais pas par où commencer…

J’avais envie de marquer le coup, de pimenter une soirée mais dans ce genre de surprise, comment être sûr de ne pas taper à côté au risque de tout gâcher. Il m’aura fallu plusieurs semaines pour y penser, enfin plusieurs mois même à dire vrai, tentant parfois des allusions légères, des idées semées par-ci par-là pour tester ses réactions…

J’avais envie de faire plaisir, de lui faire plaisir, de façon différente, mais aussi de me faire plaisir par la même occasion, tant qu’à faire. Pendant quelques jours, derrière son dos j’ai cherché un petit partenaire supplémentaire qui pourrait convenir à ses envies plus lubriques (autant dire que c’était pas gagné d’avance). Aborder le sujet comme ça, c’était pas simple pour moi, cibler le bon mec non plus mais avec le temps j’ai fini par en trouver un qui aurait peut-être pu convenir. C’était un de ses amis donc au moins il le connaissait déjà, c’était un point positif.

 

FT 600-6

 

Je me suis vite mis en relation avec lui (merci les réseaux sociaux) histoire de commencer à papoter (à tâter le terrain aussi bien entendu). Il m’aura fallu un peu de temps, ne serait-ce que pour faire connaissance histoire de voir si j’étais à l’aise en parlant avec lui. Il avait l’air réservé tout comme je l’étais. J’ai tourné ces phrases je ne sais combien de fois dans ma tête pour aborder le sujet avec lui… mais j’ai finalement réussi. J’ai commencé à parler avec lui de choses plus coquines, pour le côté de « faire plaisir à mon homme », j’avais tout bon puisqu’il était comme moi, carrément et clairement plus passif qu’actif, même s’il aimait de temps en temps qu’on s’occupe de son sexe…

De par ces points communs, on a pu échanger sur ce qu’on aimait qu’on nous fasse, ce qui nous plaisait le plus, nos limites respectives, nos expériences. Plus on avançait dans les confidences et plus il me faisait part d’une sorte de gêne. Je n’étais pas son ami à la base et ça commençait à lui faire bizarre de se confier à moi alors qu’il ne me connaissait pas en vrai. J’ai fini par craquer quelques peu et je lui ai avoué que si j’étais venu lui parler, c’est que secrètement, j’aurai espérer qu’il puisse, une fois, se joindre à notre petit couple pour partager un petit moment à trois, pourquoi pas à l’occasion d’un week-end à la maison.

A ce moment-là, je m’attendais à me faire insulter en ligne copieusement mais bizarrement, il a lancé un « lol » et a fini par me répondre qu’il était flatté de cette attention et que ça le rassurait un petit peu et du coup la discussion s’est réorienté sur ce sujet. Il m’a demandé si c’était l’initiative de mon mec et je lui ai assuré qu’il ne savait rien, je voulais lui faire une surprise mais je ne savais pas comment m’y prendre.

Pendant plusieurs jours, on a continué à discuter de ça, au fil des journées qui passaient, ne sachant pas comment on pourrait aborder ça de façon naturelle dira-t-on…

Et un jour j’en ai eu marre, je lui ai dit que j’allais l’inviter pour passer le week-end à la maison et qu’on verrait bien ce qu’il se passe. J’avais assez réfléchi pour ma part, et ne trouvant pas d’idées autre que « Mon cœur, ça te dirait qu’on baise à trois ? »… je me suis dit « invite le et on verra sur le moment ».

Franchement ces moments de sexe ne devraient jamais être plus prévu que ça, c’est trop pénible ! On avait quand même décidé de la jouer plus fine que ça. Je lui avait dit de reprendre contact comme si de rien était. Un bonjour de temps en temps, quelques minutes à papoter, régulièrement, parler de tout et de rien, se remémorer quelques souvenirs, et je savais qu’il allait m’en parler. Ça n’a pas raté et au moment où il m’en a parlé, je lui ai dit « Invites-le à la maison si ça fait longtemps que vous vous êtes pas vus ! ».

 

Bel Ami article 5

 

Et bah ça a marché ! C’est passé comme une lettre à la poste et pour tout dire j’en étais carrément émoustillé, même si je n’étais absolument pas sûr qu’il se passe quoi que ce soit. L’ami en question avait l’air un peu timide et réservé.

Les semaines se sont passées et le fameux week-end est arrivé. Je ne le cache pas, moi, j’étais tendu, mais plus nerveusement que sexuellement… Il lui a envoyé un sms quand il est arrivé près de la maison. Mon homme paraissait heureux finalement de revoir son ami. Je l’ai vu descendre et le retrouver sur le parking de devant. Je les ai regardé depuis la fenêtre. Il est sorti de la voiture et ils se sont pris timidement dans les bras. J’ai trouvé ce moment touchant au demeurant. Trois ans qu’ils avaient passés loin l’un de l’autre mais finalement, tous les deux étaient contents. Mon idée était peut-être pas aussi con que ça. Ils ont parlé un peu en sortant ses affaires de la voiture et ils sont entrés. C’est comme ça que j’ai fait sa connaissance réellement. On se connaissait un peu mais seulement en confidence.

Les conversations ne se sont plus arrêtées dès lors qu’il avait passé la porte. Ses affaires posées dans un coin, on l’a accueilli en lui servant un petit café pour le remettre de la route, il avait l’air également très content d’être là. Moi j’étais un peu spectateur mais mon excitation gagnait du terrain, je commençais à imaginer des scènes assez torrides, je me suis rendu compte qu’au-delà de vouloir faire plaisir à mon homme, j’avais aussi envie de vivre ces moments. J’ai commencé à avoir très chaud et j’ai essayé de me calmer du mieux que je pouvais.

On était qu’au début du week-end et j’étais déjà parti dans mes fantasmes sans en avoir parlé à mon homme. Je ne savais toujours pas comment j’allais pouvoir amener ces moments de sexe que je voulais. Du coup, j’ai laissé les conversations se faire, je suis parti m’occuper de l’apéro dans la cuisine, les laissant un peu tranquille pour rattraper le temps perdu. J’avoue, j’espérais secrètement que son ami prenne les devants et m’aide un peu.

Une demi-heure après, j’apportais tout dans le salon. Rien n’avait changé, c’était raté pour le coup de main mais je ne désespérais pas. On a ouvert une bouteille et on a trinqué à ces petites retrouvailles. On s’est installé plus confortablement dans le canapé. Au bout de quelques verres, les regards avec son ami se faisaient de plus en plus fréquents. Mon homme est parti se soulager aux toilettes et son ami m’a dit tout bas :

  • Je suis complètement bloqué tu lui as parlé un peu ou pas du tout ?
  • Pas du tout, j’ai rien dit,je savais pas comment aborder ça, je suis désolé.
  • Non non faut pas, j’ai jamais fait ça à trois moi
  • Ça sera une première aussi pour moi
  • Tu m’autorises à faire quoi ? S’il revient s’installer dans le canapé, ça te gêne si je me mets dans ses bras
  • Ah bah non au contraire, si ça peut lui donner des idées te gênes pas
  • Il le prendra comment tu penses ?
  • J’en ai aucune idée, mais il suffira qu’il voie que je dis rien et il saura vite que je suis ok

On l’a entendu revenir et on s’est remis tout droit comme deux andouilles. On avait l’air aussi à l’aise l’un que l’autre, heureusement que le vin coulait presque à flots. L’apéro était le bienvenu pour détendre les esprits, enfin pour les échauffer aussi un peu.

Mon homme est revenu s’installer après avoir resservi un verre à chacun et il s’est réinstallé en se calant tout au fond du canapé. Un regard en coin de ma part et hop je lançais son ami à l’assaut. Timidement, il s’est tourné vers mon homme en lui demandant « tiens tu peux décaler tes jambes que je vienne m’asseoir entre histoire de me mettre à l’aise dans le canapé ? ».

Un peu surpris sur le coup, mon homme a répondu « quoi ? » tout en s’exécutant dans la foulée. J’ai adoré ce léger moment de réflexion aussi suivi de la réaction… Y a vraiment des fois où il cogite pas beaucoup…

 

 

Sans surprise, il m’a regardé en se demandant presque ce qu’il arrivait. Il m’a vu sourire du coup je pense qu’il m’a grillé de suite en se disant que je savais ce qu’il se passait. Il a pris son ami dans ses bras. Ils étaient presque mignon à voir, avec ce je ne sais quoi de gênant. Plus un mot ne s’est fait entendre dans le salon. C’était presque trop cruel de laisser mon homme dans cette incertitude mais je n’ai rien dit de plus, trop curieux de voir comment les choses allaient pouvoir évoluer.

A lire aussi
Les hétéros et la taille de leur sexe

Mon homme a mis ses bras autour de son ami. Lui ne bougeait pas trop. Il a juste étendu ses jambes pour qu’elle viennent se poser sur mes cuisses. Je m’étais installé de l’autre côté du canapé, je les laissais démarrer tranquillement. Une de ses mains s’était posée sur sa cuisse. Les mains de mon homme commençaient à se balader sur le torse de son ami. Il se laissait faire tout en savourant le moment. Il a déboutonné sa chemise, en retirant juste les quelques boutons du haut. Il a glissé sa main sous la chemise, venant caresser son torse un peu velu… les choses démarraient enfin !!.

A peine j’avais fini mon verre que la chemise de notre invité était déjà toute ouverte. Mon homme lui caressait tout le torse, jouant par moment avec ses tétons. Pas de doute, il prenaient tous les deux un début de plaisir et comme je l’avais pensé et ça attisait le mien en même temps.

Les mains de mon homme, gourmandes comme je les connais, n’ont pas tardé à se frayer un chemin plus intime, jouant avec la ceinture qui n’a pas fait long feu. Son ami se laissait faire sans broncher. Sa main s’est engouffrée dans son pantalon. Aussitôt, les premiers gémissements. Son ami me regardait alors qu’il se faisait toucher. Je l’encourageais du regard pour le rassurer, mes mains à moi n’étaient pas en reste. Mais j’étais plus sage, je m’étais contenté de lui retiré ses chaussettes pour le mettre plus à l’aise et j’avais passé une main sous son pantalon pour lui caresser gentiment le bas des mollets. On était tous les deux en train de le chauffer…

La main de mon homme est restée un long moment sur son entrejambe mais au bout d’un moment, notre invité, se sentant sûrement plus à l’aise, s’est débarrassé de son pantalon, gardant encore son boxer. Mes mains ont pu remonter plus haut sur ses jambes. J’apercevais la large bosse dans son boxer, sa queue était bien raide. Je me suis mis torse nu à mon tour, puis finalement j’ai fait sauté le bas aussi, tant qu’à être à l’aise. Mes caresses se faisaient de plus en plus intimes, j’accédais au bas de son boxer passant la main dessous pour le stimuler doublement.

Mon homme a replongé sa main dans le boxer de son ami pour en sortir sa queue et me la présenter directement. J’ai empoigné les bords de son boxer et je l’ai tiré vers moi, le mettant finalement nu entre nous deux. Les caresses de chaque part ont repris leur cours. J’ai adoré le voir nu, entre les mains de mon homme. Il s’est remonté à peine, passant son bras autour de la tête de mon homme. Ils se sont rapprochés et se sont embrassés lentement. Je pouvais voir leur langues s’entremêler dans une valse sensuelle et pleine de désir. Je me suis rapproché doucement et je me suis penché sur le sexe de notre ami. Le désir était trop fort et j’ai pris son sexe en bouche doucement, sans trop savoir s’il apprécierait mais j’ai senti sa main venir caresser mes cheveux. L’accès était autorisé alors je me suis fait plaisir et je l’ai goûté pleinement. Son sexe s’est décalotté facilement sous mes coups de langue. Son gland était d’un rose pulpeux et je me suis appliqué à le sucer doucement, pour faire monter le plaisir le plus lentement possible…

On est resté un moment comme ça, se délectant au final assez naturellement mais j’ai vite réalisé que mon homme était encore le seul à être habillé. Ça ne pouvais plus durer plus longtemps. Son ami s’est décalé au même moment où j’ai eu envie de le foutre à poil. On s’est amusé tous les deux à le déshabiller chacun son tour, faisant partir les vêtements un à un jusqu’à ce qu’il soit finalement à nous deux.

La queue de mon homme s’offrait à nous, on s’est regardé un moment, s’échangeant un baiser complice et descendant doucement tous les deux sur le bout du sexe de mon homme. Nos langues se sont emparées de son gland plus que gonflé et on a commencé à le lécher tour à tour. Il s’était allongé, presque heureux d’avoir deux langues rien que pour lui. Et on s’est bien attardé sur lui jusqu’à ce que l’un de nous deux n’en puisse plus. Je lui ai demandé si sa queue lui faisait envie pour plus. Il m’a regardé en me demandant si ça me dérangeait vraiment pas, je lui ai fait signe qu’il pouvait y aller.

Il s’est levé d’un coup et est venu s’asseoir au dessus de mon homme, se plaçant pile au dessus de son sexe bien humidifié. Je l’ai laissé jouer avec et moi j’étais remonté d’un cran, pour le sucer lui… tellement occupé à goûter son sexe si raide que c’est uniquement sous le coups de ses gémissements que j’ai réalisé qu’il était en train de se faire prendre. Le sexe de mon homme était bien plongé entre ses cuisses… je ne pensais pas qu’il serait rentré aussi facilement mais j’étais aux premières loges et j’ai adoré voir l’acte d’aussi près, je pouvais admirer le sexe de mon homme entrer en lui bien profondément. Je le regardais jouir au rythme de ses coups de reins, je comprenais tellement le plaisir qu’il pouvait ressentir même s’il n’était pas encore au maximum.

 

 

Ils se sont allongés l’un sur l’autre continuant leur va-et-vient puissants. Son ami a dressé sa queue face à moi, comme une invitation. Je me suis humidifié rapidement et je suis venu escaladé mes deux mâles du soir. J’ai placé son sexe entre mes fesses et après quelques petites hésitations, je l’ai senti entrer en moi. J’y suis allé plus doucement que lui mais au bout de quelques minutes j’étais complètement assis sur lui, son sexe bien ancré en moi et on est resté tous les trois se donnant du plaisir de plus en plus. Je ne retenais aucun gémissements, ni moi ni les deux autres. Notre extase se conjuguait tellement bien si bien qu’au bout de longues minutes, je me suis relevé pour jouir sur le torse de notre ami. Il a pris son sexe en main et est venu se jouir dessus juste après. J’ai vu mon homme jouir également, dans un râle puissant, entre les fesses de son ami…

J’avais bien raison. Rien ne servait de se creuser la tête. Tout était aussi croustillant quand c’était à l’improviste.

Je suis parti à la douche en premier, laissant les deux hommes se câliner après de longs et bons efforts.J’ai aimé ce moment seul dans la douche, réalisant le pied que je venais de prendre, imaginant mon homme se délecter aussi avec son ami. J’avais eu ce que je voulais dans un sens et j’étais bien, assouvi mais à la fois j’avais hâte de voir ce qu’allait nous réserver la suite du week-end.

A peine j’ai eu fini ma douche que notre ami est entré dans la salle de bains pour prendre ma place. Il souriait. Il est venu m’embrasser me glissant un « bien joué » au creux de l’oreille, je suis sorti de la salle de bains uniquement vêtu de ma serviette, mon homme attendait dans le canapé. Il avait l’air de se demander ce qu’il venait de se passer. Je me suis rapproché de lui, suis venu l’embrasser…

  • Notre petite surprise t’a plu ?
  • J’étais sûr que tu étais de mèche, même si j’ai douté un moment
  • Je savais pas comment aborder ça…
  • C’était rudement bien amené, même si je sais pas tout ce qu’il s’est passé, l’idée était parfaite
  • On a bien stressé, pour rien, mais quand même… suis heureux que tu aies apprécié !
  • Et j’étais pas le seul à aimer c’est ça qui me fait encore plus plaisir !

Il est parti à la douche quand son ami avait fini. Quelques minutes après, l’apéro a repris son cours, nos discussions se sont enrichies et les câlins ont été trois fois plus présents, chacun entre nous. C’était sûr, on allait vite remettre le couvert…

Avec Les histoires de Chris

Vidéos Gay

Article précédent
Article suivant
Pas de commentaires

laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.