AccueilGayHistoire gay : Mon assistant en chaleur

Histoire gay : Mon assistant en chaleur

Ce n’est pas un hasard si j’ai embauché un assistant jeune et mignon. Lorsqu’il m’a demandé d’être son professeur pour découvrir la sexualité, je n’ai pas hésité… Une histoire gay juste pour vous.

interdit aux moins de 18 ans

interdit aux moins de 18 ans

En plein mois de juillet, la plupart des collègues sont en vacances. Pendant une semaine, je suis seul avec mon jeune assistant. Evidemment, j’ai participé à son recrutement et ce n’est donc pas un hasard s’il est vraiment mignon. Je me souviens que lorsqu’il est venu pour l’entretien d’embauche, j’ai cru que c’était un mannequin qui s’était trompé de porte ! Mais non, il avait toutes les qualités requises pour faire un bon assistant et en plus il est hyper sexy.

Pendant toute la journée, je peux le regarder à son bureau. Quand nous ne sommes que tous les deux, il parle évidemment beaucoup plus qu’entouré par d’autres collègues. Il est assez coquin pour réussir à parler cul sans en avoir l’air. Moi, ça me fait bander une bonne partie de la journée. Ce n’est pas désagréable d’avoir le boxer trempé, même si j’en voudrais plus. Souvent, quand il se lève, pour m’apporter un document, je vois une grosse bosse dans son pantalon.

Je sais que ce n’est pas son téléphone portable qui fait ça, il est posé sur son bureau. Les discussions que nous avons l’excitent aussi. Il fait semblant d’être hétéro, devant les autres, avec moi il ne se prive pas de dire qu’il est homosexuel, qu’il aime les hommes, qu’il aime la bite. Je décide de le suivre quand il va aux toilettes. Eh bien oui, ça peut arriver qu’on ait envie de pisser en même temps.

 

FT 600-3

 

Nous sommes là, côte à côte, tendus. Il ne se prive pas de regarder de mon côté et même de faire un commentaire : « Hmm, énorme, j’adore ». Nous ne sommes plus dans une relation de chef à assistant, mais bien de deux mecs qui ont envie l’un de l’autre. Alors, moi aussi je l’observe et je dois dire qu’elle est magnifique, la sienne. Bien droite, bien épaisse, d’une bonne longueur. Je voudrais la toucher, la caresser, la sucer…

Nous revenons au bureau, après avoir eu de mal à ranger nos sexes dans les boxers. Il continue à parler cul et bande toujours autant. J’adore quand il se lève pour m’apporter un document. Je ne fais plus semblant, je fixe sa bosse, il a l’air d’aimer. Bizarrement, ou pas, un quart d’heures plus tard il me dit qu’il a envie de retourner aux chiottes. Je ne me fais pas prier, puisque je sais bien que cette fois-ci ce ne sera pas pour pisser.

A lire aussi
Felipe et Marlon, nus contre les discriminations

Nous sortons nos sexes face aux urinoirs. Il approche sa main, je le laisse faire. Il la serre, il commence à me masturber. Quel plaisir que de se laisser faire par un aussi beau jeune homme. Je veux lui rendre la pareille. Je prends sa queue en main et je commence aussi à le branler. « Quelqu’un risque d’entrer ! ». Il dit cela non pas comme un avertissement, mais parce que ça l’excite de savoir qu’à n’importe quel moment quelqu’un peut entrer dans les toilettes et nous surprendre. Cette idée nous excite.

 

Citebeur 800

 

Nous nous masturbons de plus en plus fort. Dans son regard, je comprends qu’il prend ça comme un concours et que le premier qui jouira aura perdu. Il croit être plus malin que moi, mais j’ai quand même quelques années d’expérience en plus. Je mouille mon pouce avec le précum qui sort de son gland. Je tourne mon pouce sur son frein. « Tu triches ! ». Il dit ça, mais il gémit en même temps. Je sais que je le tiens. J’accélère un bon coup. Il lâche sa semence dans l’urinoir. Maintenant que j’ai gagné, je peux me laisser venir.

Je serre fort ma main pour sentir les contractions de sa queue. Il fait pareil, ce qui est vraiment agréable. Nous regardons nos sexes se vider. Soulagés, nous nettoyons nos dégâts avant de tout remballer. Pour le reste de la journée, nous sommes calmés. Le soir, au moment de partir, je lui demande s’il accepterait de venir boire un verre chez moi. Il est d’accord, puisqu’il a compris ce qui signifiait « prendre un verre »…

 

 

Une prochaine histoire gay très prochainement sur le Club Jimmy.

Source : Contes de gay

Pas de commentaires

laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.