Cela fait quelques semaines maintenant que j’ai fait la connaissance de Chris, en traînant un soir entre les réseaux sociaux. Je suis tombé par hasard sur un de ses tweets, aimé par une de mes connaissances… Curieux de nature, j’étais allé fouiner… et je n’ai pas été déçu.

 

J’ai été surpris car je pensais que c’était un énième site de photos de cul. J’ai cliqué pour aller voir histoire d’être sûr mais la surprise a été plus grande que prévue. J’y ai trouvé plus que des photos et pourtant à la base je suis pas un grand lecteur… Mais le côté coquin/cochon… pour le coup, il m’a bien parlé.

Je suis tombé sur l’histoire des vacances avec une scène de sexe décrite sur la plage… la réaction ne s’est pas fait attendre et j’ai été complètement bluffé… j’aurai jamais pensé être excité comme ça juste avec un petit texte… Alors encore une fois, j’en profite… Bravo pour tes histoires Chris et surtout ne t’arrête pas maintenant s’il te plaît.

N’ayant peur de rien, je suis allé plus loin sur le site et je l’ai contacté, dans un premier temps pour le féliciter en ligne et pour le remercier… mais petit à petit finalement, on a commencé à parler et on continue encore aujourd’hui. Je me félicite d’avoir fait ce premier pas et je ne regrette pas… D’autant que je me suis décidé et j’ai accepté son offre de participation aux Histoires de Chris…

Je ne sais pas si le résultat sera à la hauteur des attentes des lecteurs mais voilà ma première participation. Je m’appelle Mathieu, je viens d’avoir 24 ans et je vis à Lyon encore pour quelques mois avant un déménagement prévu courant du printemps 2018. Je suis d’une nature plutôt réservée, pour pas dire sauvage. Je ne suis pas totalement asocial mais j’apprécie grandement ma tranquillité et ma solitude… bon oui dit comme ça, j’assume, ça fait un peu ours…

Sexuellement, je ne saurai encore me définir… Bi, hétéro curieux… ces étiquettes me donnent mal à la tête… je peux me laisser aller avec n’importe qui du moment que le feeling passe bien… et pour le moment, j’ai pas la tête à me caser avec une femme ou un homme… donc on va dire que je suis en phase de « profite de son célibat »…


FT 640

Ce qui m’amène à me confier à mon cher Chris… En ce moment, je me tape un trip réel sur la masturbation… la mienne précisément mais assistée… tout a commencé il y a quelques mois pendant une soirée chez moi. J’avais un moral complètement absent… Attention, il n’était pas mauvais, il était juste pas là. J’étais littéralement absent et je ne pensais à pas grand-chose. Je zonais devant la télé avec un ami, je ne sais même plus ce qu’on regardait. L’été commençait à peine et c’est peut-être à cause de ça qu’en plein milieu de la soirée, j’ai commencé à m’exciter tout seul à penser à deux trois trucs cochons. Je savais que mon ami présent ce soir était pas ou peu farouche. Sur un coup de tête… j’ai pris sa main et je l’ai placé en haut de ma cuisse, bon oui à toute proche distance de mon paquet. Sa première réaction a été de retirer sa main en me demandant ce que je faisais. Je lui ai répondu que j’avais chaud et que j’avais envie de caresses. Je me suis relevé et j’ai enlevé mon pantalon pour me retrouver plus à l’aise. Il avait l’air complètement surpris. Je me suis rassis à côté de lui et j’ai repris sa main pour la mettre sur ma cuisse. Au début il ne bougeait pas, je sentais juste sa main toute chaude sur moi. Les minutes passaient et de temps en temps je remontais sa main qui glissait pour qu’il effleure beaucoup plus mon paquet qui était bien en vue.

Après deux bières de plus de vidées, il s’est levé pour aller aux toilettes. J’en ai profité pendant son absence pour me mettre torse nu. J’étais parfaitement à mon aise. Il est revenu et avant qu’il ne reprenne place, je lui ai demandé de se mettre à l’aise aussi. Il a hésité une minute me demandant ce qu’il se passait. Je lui ai dit de ne pas poser de questions et de faire ce que je lui demandais. Je l’ai regardé se déshabiller, sans aucune gêne. Il s’est posé sur le canapé, en boxer et une fois de plus j’ai repris sa main et hop, position initiale. A la différence que cette fois-là, j’ai aussi mis ma main sur sa cuisse. La soirée prenait un aspect étrange. Aucun des deux ne parlait. Il devait se demander à quel jeu je jouais. Je le savais gay c’est pour ça que j’ai pas hésité. Je ne savais pas s’il allait aimer mais ça valait le coup de tenter.

On a continué à boire un peu, les bières se sont enchaînées… l’ambiance aurait pu se détendre mais au contraire, ça m’a chauffé trois fois plus et mon envie de jouer était encore bien plus présente.

J’ai attrapé sa main et je l’ai posé carrément sur mon paquet. Je voulais qu’il me caresse la queue au travers du boxer. Il a exécuté ma requête sans broncher. Je regardais sa main se balader de droite à gauche sur mon paquet. Il grossissait à vue d’œil et j’ai trouvé ça très excitant cette petite montée en pression. J’ai jeté un coup d’œil de l’autre côté. Il bandait déjà comme un fou. Je jouais avec sa frustration et ses nerfs, il était dans tout ses états et ça ne m’a pas dérangé au contraire… j’ai continué à jouer avec ses nerfs. Je me laissais le temps de bander tranquillement et j’appréciais ses petites caresses intimes. Je me délectais de voir ma queue gonfler petit à petit. Il passait doucement sa main le long de ma queue qui prenait de plus en plus de place dans mon boxer. Il prenait son pied aussi à la découvrir de plus en plus. Mon érection est vite arrivée à son stade maximal. Ma queue était bien dessinée et toute étriquée sous le textile. Sa main se faisait de plus en plus attentionnée. Ses caresses étaient plus soutenues. Il s’amusait à jauger la pression dans ma queue. Je lui ai dit :

  • Ce soir c’est le
  • premier soir…Le premier soir ?
  • Oui, tu n’auras pas
  • le droit d’aller plus loin…C’est comme tu veux…Fais-moi jouir comme ça et si tu es sage, bientôt tu en auras de plus en plus,
  • ça marche ?Ca marche, je ferai ce que tu veux !
  • Il a continué pendant de longues minutes à bien me palper la queue au travers de mon boxer, qui devenait de plus en plus humide. Je sentais bien qu’il voulait apprécier ma queue comme si j’étais à poil… mais il allait devoir attendre et montrer son appétit et ses envies. Ce soir, je voulais qu’il me masturbe et je ne voulais penser qu’à mon seul plaisir. Je voulais qu’il me fasse du bien sans rien attendre en retour…

Bel Ami 600-4

Sa main se faisait de plus en plus experte, il s’est vite concentré sur le bout de ma queue. Il me faisait gémir de plus en plus à force de me frotter et il a réussi à me faire venir comme ça. J’ai senti mon jus couler sur moi et inonder mon boxer. Il n’a pas arrêté pour autant de me toucher, sa main s’est baladé sur mon paquet, humidifié par mon jus… il y prenait goût… jusqu’à s’en lécher les doigts… il était gourmand, il était volontaire et complètement docile… je savais que ce premier soir allait être le premier d’une longue série… que j’allais pouvoir arranger selon mes humeurs et mes envies…

On est resté un moment comme ça après mon orgasme égoïste… je ne sais pas s’il s’est joui dessus aussi ou s’il à du contenir son orgasme. Sur le moment je n’y ai pas pensé… mais j’avais bien l’intention de me faire pardonner… je voulais juste le faire mijoter encore un peu… Il est reparti chez lui peu de temps après et la vie a repris son cours…

Mais j’ai craqué… deux jours après je l’ai invité à venir manger à la maison… j’avais prévu une soirée rien qu’à deux… pour me faire pardonner… et voir ce qu’on allait pouvoir expérimenter…

Vidéos gay

[column width=”50%”][/column] [column width=”50%”][/column]

A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne manquez acucune info gay

et recevez immédiatement un cadeau !

Vous aimerez aussi

Histoire gay : Sur une aire d’autoroute

Histoire gay : Nous sommes tous les deux trentenaires, mariés depuis 7 ans. Moi bisexuel peu assumé mais une libido débordante, elle bisexuelle résignée hétéro, mais une libido inexistante depuis 6 mois.

Histoire gay – Les policiers du bonheur

Voici une histoire de policiers, racontée par Thomas qui a 22 ans, châtain, yeux bleus, plutôt grand et bien bâti. 

Histoire gay – Le jeune homme de la piscine

Comme toutes les semaines je viens effectuer ma séance natation à la piscine olympique.

Histoire gay – Le prestataire coquin

Lorsque le boss nous a annoncé qu’un prestataire externe allait nous rejoindre…

Histoire gay – Le kiné

Cela fait maintenant plus d’un mois que j’ai eu mon accident et une bonne semaine que je suis rentré chez moi.