GayHistoires Gay

Histoire gay – Mark et Max

Vues

Déjà une semaine s’est passé depuis ce moment d’intimité avec Maxence.

Le lendemain fut compliqué car j’avais non seulement une gueule de bois terrible mais en plus j’ai dû faire face à Maxence. Nous ne sommes pas revenus sur ce qu’il s’était passé et avons feinté de ne pas s’en souvenir mais nos réactions n’étaient pas en accord avec ça. Il avait mis de la distance et même s’il restait souriant envers moi, je sentais qu’il évitait les contacts tactiles.

Je laissais passer les jours en m’imaginant que ça redeviendrait comme avant mais au bout d’une semaine, il y avait toujours cette gêne entre nous. Je profitai que Fiona parte chez une amie pour aborder le sujet avec Maxence. Il écoutait tranquillement de la musique dans sa chambre quand je l’interrompis pour lui parler. Il fit mine de rien et lorsqu’il comprit de quoi je souhaitais parler, il se renferma un peu plus.

« Ecoute Max, on peut pas faire comme si rien ne c’était passé… Je t’ai embrassé sous l’effet de l’alcool et j’ai abusé mais s’il te plait je veux pas que notre relation s’effrite pour ça… »

« T’as raison… C’est juste que c’était vraiment trop bizarre… Je m’attendais pas à ça et je me pose pas mal de questions au final car tu semblais vraiment jaloux de Pauline. Du coup est-ce que tu m’as réellement embrassé par envie ou juste parce que t’étais bourré ? »

« Je sais pas, quelle réponse est la plus favorable pour toi ? »

J’essayais d’éviter cette question par l’humour mais je voyais que dans son regard il attendait une réelle réponse.

« Pour être franc, tu me plais. Dès que je t’ai vu la première fois j’ai flashé… Pour tout te dire, je ne te voulais pas à la coloc parce que je savais que j’allais devoir me contenir un maximum et je n’aime pas ça… D’ailleurs j’aurai pas tenu bien longtemps… »

« Merci de ta franchise… C’est compliqué pour moi parce que je t’apprécie beaucoup mais comme un pote et si tu as des sentiments pour moi ça va juste pas être possible. »

Je ne savais pas comment prendre sa réponse. D’un côté je savais qu’il avait raison mais c’était tellement blessant pour mon égo. En particulier sur le ton dont il a fini sa phrase comme si cela était irrévocable. Mes pensées s’effondrent et mon visage se décompose devant lui. Je le vois m’observer mais je pris la fuite et couru dans ma chambre.

Les larmes commencèrent à couler le long de mes joues et je m’enfouis la tête dans mon oreiller. Une demi-heure venait de passer et j’étais à présent calmer mais toujours stone sur mon lit. J’entendis quelqu’un toquer à ma porte. Je l’invita à rentrer et Maxence pénétra dans ma chambre.

« Je suis désolé pour mes mots. J’ai vu que ça t’as blessé et je ne le voulais pas. Ce que je voulais te faire comprendre c’est que ça va être compliqué de trouver un juste milieu… »

Il s’assis sur mon lit près de moi, pris ma main et poursuivit.

Bel ami article 8

« Mais on y arrivera. Tu étais un des premiers à m’accueillir ici et je ne veux pas ruiner ça… D’ailleurs je sais que c’est pas le moment mais je préfère t’avertir avant que tu le découvres. Je vais commencer une relation avec Pauline. Je comprendrai que tu ais du mal au début donc j’éviterai d’en parler et de m’afficher avec devant toi. »

Je l’observais, mes yeux un peu mouillés, et réfléchissais à ce que je pouvais lui répondre. J’aurais pu lui dire merci mais ce n’était pas ça qui me venait en premier. Peut-être était-ce à cause de mon égo mais mes paroles n’avaient aucun lien avec sa longue tirade.

« Mais tu n’as donc rien ressenti lorsque l’on s’est embrassé. Cette chaleur et cette ivresse mélangé avec nos lèvres humides ? »

Il était perturbé de ma réponse puis paru un peu gêné

« Euh je sais pas… J’étais bourré donc tout est faussé… »

« Si tu veux on peut s’embrasser là maintenant et voir si tu ressens quelque chose ou pas ! »

« Je sais pas… C’est bizarre… »
« Tu risques quoi ? Au pire t’aimes pas et alors j’arrêterai peut-être d’avoir des vues sur toi en sachant qu’il ne se passeras jamais rien. »

Il hésita un moment mais finit par se convaincre que j’avais raison. Il s’approcha de moi avec hésitation et ne ressemblait en rien au Maxence d’y hier soir. Nos lèvres se touchèrent et de nouveau, un frisson s’empara de mon corps. Comme hier, voire plus, je me sentais transporté dans un autre monde.

Nos bouches s’ouvrirent pour laisser nos langues se toucher. Il se retira ensuite doucement et s’arrêta à 5cm de ma bouche. Il ouvrit les yeux, me fixa un instant puis retourna embrasser mes lèvres. Il se repositionna sur le lit pour être plus à l’aise en s’allongeant au-dessus de moi. Nos baisers se faisaient de plus en plus confiant et sauvage.

C’était comme si une tension sexuelle venait d’exploser et où l’on pouvait enfin s’exprimer. C’était d’ailleurs assez étrange de sa part car à aucun moment je l’ai vu avoir une attirance sexuelle envers moi. Il allait dans mon cou et remontait jusqu’aux oreilles pour retourner à mes lèvres. Il se redressa pour retirer son tee-shirt. J’étais choqué.

Allions-nous vraiment faire quelque chose maintenant ?

J’étais trop excité pour réfléchir à ça et je le retournai sur le lit pour pouvoir enlever à mon tour mon tee-shirt. J’étais à califourchon sur lui et je pouvais observer sa musculature sous toutes les coutures. Il était bandant au possible et je me mis à l’embrasser sur tout le corps en insistant sur les tétons. Il poussait des gémissements sourds et je le voyais kiffer ça.

J’hésitais à me risquer plus bas car il y avait le risque qu’il se bloque et stoppe ce moment parfait. Finalement, je préfère lui poser la question et après avoir remonté son corps avec des baisers, je lui chuchotai à l’oreille que j’aimerais aller un peu plus loin. Je sentis son hésitation mais l’excitation était trop intense pour qu’il s’arrête là.

Je me redressai et desserrai sa ceinture tout en le fixant dans les yeux avec des yeux d’allumeur. Il me fixait aussi et ses mains parcouraient mon corps. Je déboutonnai son pantalon pour le retirer complètement. Il était là en boxer face à moi, une grosse bosse déformant son unique bout de tissu.

Je m’approchai de ce dernier et le reniflai avant d’y déposer des baisers. Maxence soupirait et sa main caressait mes cheveux. Je n’en pouvais plus, je le voulais. J’allais enfin découvrir la dernière partie de son anatomie inconnue.

J’avais eu le luxe d’admirer son fessier musclé il y a une semaine mais je n’avais pas eu la chance de voir l’avant. Je retirai doucement le boxer et lorsque sa queue était tendue au possible par l’élastique, elle jaillit pour venir claquer contre son bas ventre. J’avais devant moi une belle verge d’une taille admirable. Elle devait faire dans les 19cm et d’un largeur proportionnelle.

A vrai dire elle était magnifique et ses bourses qui pendaient lourdement en dessous ne gâchaient rien au spectacle. Maxence rigolait et jubilait en me voyant en admiration devant sa queue et m’incita rapidement à la goûter. Je commençai par lécher sa hampe sur toute sa longueur avant d’introduire son gland dans ma bouche. Il était propre et c’était très appréciable étant donné cette baise imprévue.

Après deux trois allers retours lents, j’accélérai la succion et introduisait toujours un peu plus de sa queue dans ma bouche. Il était aux anges et ne cachait pas sa jouissance face à ma fellation. Il gémissait et poussait des petites phrases pour m’encourager à continuer.

Je léchais par moment ses bourses et tentais de m’aventurer plus en bas mais je sentais de la réticence de sa part. Je me dis que ce serait pour une prochaine fois et reprend ma fellation en lui caressant les cuisses. Il était doux et se laissait faire sans jamais m’obliger à prendre plus en bouche que je ne le voulais.

Au bout de 10 minutes il me dit qu’il allait bientôt venir. Si je n’avais pas été pris d’un coup de foudre pour lui j’aurais pris plaisir à le sucer jusqu’à ce qu’il m’éjacule dans la bouche mais je ne m’y autorisais pas. Pas la première fois. Je ne voulais pas qu’il me prenne pour un mec avide de sperme. Alors au moment où les premières contractions eurent lieu, je me retirai afin de le branler avec avidité.

Dans de longs et fort râles rauques, Maxence était pris de spasme et giclait de grosses quantités de sperme sur son torse aux abdos bien contractés. La scène était magique à voir et je continuais machinalement à le branler. Ce n’est que lorsqu’il me supplia d’arrêter que je repris conscience et détachai ma main de son manche.

Il était allongé sur mon lit couvert de sperme en pleine apothéose à reprendre son souffle. Je remonte à sa hauteur et vins déposer l’embrasser. Il souriait et paraissait heureux. Il tourna la tête et regarda l’heure. Il sursauta et se mit à paniquer. Il était déjà 20h et il s’était donné rendez-vous avec Pauline à 20h30 en ville. Il fila à la douche en vitesse me laissant seul sur mon lit.

La tournure des évènements ne me plait pas.

D’une part parce que ça avait interrompu un moment parfait, d’une autre part j’ai pas pu me vider et enfin parce que ce moment est interrompu à cause de Pauline. J’avais toujours mon jean et ma bosse me gênait au possible. Je fermai la porte de ma chambre et me matai un porno. Mais j’avais beau regarder tous les pornos que je voulais, j’avais en tête ce moment de bonheur avec Maxence et je finis par m’éjaculer dessus en repensant à la queue de mon coloc.

La suite de la soirée fut bien routinière. Fiona rentra à 21h et on se regarda un film en parlant de tout et de rien. J’évitais de parler de ce qu’il s’était passé avec Maxence. Elle me parla d’ailleurs de lui et de Pauline en disant que Pauline était vraiment à fond dessus et qu’elle espérait coucher avec ce soir. Je lui répondais machinalement mais au fond j’espérais de tout cœur qu’il ne couche pas avec.

Je parti me coucher à la fin du film et mes yeux allaient se fermer quand j’entendis la porte d’entrée s’ouvrir. Je regardai l’heure et vis 00h. Je souriais égoïstement en me disant qu’il ne dormait pas chez elle donc que c’était déjà un bon point. Je l’écoutais se balader dans l’appart. Il échangea quelques mots avec Fiona qui était encore devant la télé. Il lui demandait où j’étais.

Quelques minutes plus tard, ma porte s’ouvrit doucement. Il chuchota quelques mots pour voir si je dormais et voyant que ce n’était pas le cas, il s’approcha de mon lit. Je ne savais pas comment réagir. J’étais encore en colère pour sa réaction de ce soir mais en même temps je trouvais ça touchant qu’il vienne me voir avant d’aller se coucher. Il s’allongea sous la couverture avec moi et vint se coller par derrière. Je sentais sa respiration chaude dans mon cou et je me sentais déjà partir. Je pris sur moi pour pas paraître trop sous son emprise et feint de lui tourner un peu le dos. Il se tut quelques instants avant de me chuchoter à l’oreille.

 

Vidéo gay

« Je te dois des excuses pour tout à l’heure. J’ai été pris de court par l’heure et j’en ai oublié où j’étais. C’était pas cool ce que je t’ai fait et j’espère que t’es pas trop en colère contre moi… D’ailleurs je voulais te remercier pour ce que tu m’as fait tout à l’heure, j’avais jamais ressenti ça avec quelqu’un avant. Du coup je me disais que je te devais des excuses dignes de ce nom. »

J’étais flatté et réconforté par ses mots car je voyais que je comptais pour lui. Je ne comprenais pas trop la fin de sa phrase jusqu’à ce que je sente sa main puissante me caresser le torse et descendre lentement vers mon entre-jambe.

Il passa un doigt sous l’élastique et vint m’embrasser dans le cou. Ma queue était déjà bandée depuis qu’il avait fait un pas dans la chambre donc il n’avait pas besoin d’attendre longtemps avant de prendre en main mon engin. Il le remarqua rapidement car en quelques minutes il avait mis sa main complètement dans mon boxer et enlaçait ma queue avec force et douceur.

Il branlait lentement ma queue à travers le boxer tout en embrassant mon cou. Son souffle chaud me faisait planer et je savais que je n’allais pas durer longtemps. Je repense à Fiona dans le salon qui ne se doutait de rien et cela rendait la situation encore plus excitante.

Maxence accéléra le mouvement et se frottait en même temps contre moi de façon plus intense. J’étais au bord de la jouissance et des gémissements commençaient à sortir de ma bouche sans que je puisse les retenir. Heureusement, Maxence avait prévu le coup et mit sa main contre ma bouche. Il se blotti contre moi plus intensément et empoigna ma queue plus fermement pour accélérer la masturbation.

S’en était trop pour moi et après plusieurs contractions, des jets de spermes giclèrent dans mon boxer et recouvrait dans le même temps la main de Maxence. Il bloquait mes spasmes par ses bras musclés et continuait à me branler. Il se vengeait de tout à l’heure quand je n’ai pas arrêté à temps.

Il finit par rire et me fit la remarque vis-à-vis de ça. J’aurais bien voulu rire mais je planais trop pour rétorquer quelque chose. Je sortis un simple merci avant de fermer les yeux. Je l’entendis quitter la pièce après m’avoir embrassé et je m’endormis le boxer remplit de sperme. Mon sourire ne quittait plus mon visage.

Découvrez également notre site pour découvrir nos vidéos hot : Club Jimmy Gay X

Laisser un commentaire

Ne manquez plus aucune info gay
et devenez VIP du Club Jimmy
Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers
Ne plus me montrer