Ils étaient là, dans cette pièce sombre aux murs sanguins. La lueur des bougies faisaient danser les ombres au sol. Leurs mollets saillants, leurs torses, leurs bras recouverts d’huile brillait sous la chaleur des flammes.

Placés chacun sur des chaises disposées en cercle, les cinq mâles étaient bien à ma merci. Les yeux sous des bandages, une serviette posée sur leurs intimités, je les observais caché derrière un rideau. Dressés par une corde qui nouait chevilles et poignets des quatre bouts de leurs assises, je m’attardais sur les rougeurs qui s’en dégagées. Oui ils étaient bien attachés !

Le rideau glissa sous mes doigts et frotta le sol dans un soupçon de mélodie serpentesque. C’était le signal de mon entrée en jeux, telle une vipère préparant son assaut. J’étais nu sous mon léger drapé, taillant ma taille jusqu’au bas de mes cuisses. Mes formes se devinaient alors à peine sous le rituel des flammes qui m’entouraient.


Bel ami article 15

Une coupelle occupée le centre du cercle. Celle-ci débordée de raisins rouges, juteux et parfumés. Il me fallait les goûter pour en apprécier le sucrissime mélange qui faisait trembler mes lèvres, tachées de leur radiance qui en découlaient le long de mon cou.

Je m’approchai de mon premier soumis. Il était d’une beauté vertigineuse ! D’ailleurs, ils l’étaient tous. Baladant mon regard et mes doigts le long de la veine qui voyageait de son épaule musclée jusqu’au-dessous de son oreille, je lui susurrai de la voix la plus chargée qu’il fallait qu’il ouvre sa bouche. Le caressant de ma langue à la sienne, je lui donnai alors le goût et le nectar du fruit que j’avais gardé en bouche. Quand il fut en appétit, je découvris ses yeux du bandage et y plongé mon regard. Nos âmes étaient en contact et le feu du désir possédé son iris. Après quoi, j’agrippai mes ongles sur ses cuisses robustes et lui mordillai la bouche d’une affection venimeuse. J’en fis de même pour les suivants.

Ils étaient tous à poser les yeux sur moi. Je lisais dans leurs regards l’envie d’être en moi, d’être pour moi ! Étranglant un raisin pour en extraire son jus, j’hydratai du bout des doigts l’entrée de ma voie anale faisant frissonner mon être et mon esprit. Le cri des loups qui m’entouraient chantaient sous ma lune. Je voyais bien qu’ils voulaient y goûter. Je m’approchai alors d’un jeune éphèbe à peine plus âgé que moi, qui tremblait de perversion, et j’offris à sa langue les lèvres succulentes de mon entre fesses. Il en bavait tant que sa salive animale coulait le long de mes couilles, les réchauffant au passage. Bien sûr, son visage et l’acte étaient couverts par le drapé pour que son plaisir soit unique. Les autres bêtes me regardaient encore avec émotion.


FT 600-12

Je fis le tour des chaises, en appliquant la même initiation. Profitant des douceurs de leurs coups de langues qui m’écartées de plus belle le trou à chaque léchage.

A la fin, c’était moi qui n’en pouvais plus ! Et il me fallait recueillir leurs semences. Tour à tour, et à chaque passage, j’envolais les serviettes et les liens de leurs poignets, les mettant à nu et près à me servir. Ils bandaient tous et leurs couilles lourdes pesaient sur le rebord des assises. C’étaient de beaux morceaux. Des phallus veineux et épais aux longueurs criantes !

Je repassai derrière le rideau en revenant de sitôt, une carafe remplie d’argan à la main. L’huile était chaude à point ! M’approchant d’un corps à la peau noir, le soumis étaient à coup sûr celui qui possédé le membre le plus impressionnant. Versant alors une bonne quantité d’huile en filet sur son pubis, celle-ci éclaboussait sa verge en enveloppant ses testicules d’un voile brûlant. Je le regardai serrer les dents et passai au suivant. Et alors, quand l’huile fut à peine refroidit, je me mis à enjamber l’étalon noir, mes mains posées sur ces épaules et sa bite entre mes cuisses. Le chemin fut direct et sans intervention de mes doigts. En un cri je m’empalai sur sa verge, le gland de celle-ci collé à mes entrailles !

 

beaux-gosses-gay-clubjimmy-110615-0016

 

Me saisissant les cuisses comme pour accompagner mes mouvements, la serviette qui était encore autour de ma taille tombait à terre et j’entendis le souffle désireux et subjugué des autres mâles résonner. Je gérai encore les mouvements en faisant claquer ma peau contre la sienne, collante, en rebonds rapides et enveloppant quand il eut ce spasme et poussa un grognement féroce ! Il avait joui, inondant l’intérieur de mon être. Me retirant de ma prise en en perdant aucune goutte, je collai mes lèvres sur son gland luisant et pressai mes doigts en remontant le long de sa gigantesque bite, ramenant les restes à la sortie de son urètre pour les faire disparaître en un coup de langue.

Faisant le tour, j’étais plein de tous leurs foutres en moi, tous si chaud, si prenant. Le bas de mon ventre dessiné un ovale.

Quelques minutes plus tard, ils étaient à genoux autour de moi. Il me fallait m’offrir à eux ! Le bol de raisin était à terre, j’étais à quatre pattes au-dessus ! Mon trou déglutinant et brillant, à moitié béant, pris entre toutes ses mains viriles, desservait doucement le jus qui m’avait noyé précédemment !


Vidéos gay



 

Une vidéo gay gratuite pour vous


Voyage de baise en train offerte par clubjimmy

 

Hotcast 728-3
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne manquez acucune info gay

et recevez immédiatement un cadeau !

Vous aimerez aussi

Histoire gay – Mon job d’été

Au moment où cela s’est passé, j’avais dix-huit ans et je pense que j’ai vécu une expérience qui a sans doute conditionné ma manière d’aimer le sexe

Histoire gay : Sur une aire d’autoroute

Histoire gay : Nous sommes tous les deux trentenaires, mariés depuis 7 ans. Moi bisexuel peu assumé mais une libido débordante, elle bisexuelle résignée hétéro, mais une libido inexistante depuis 6 mois.

Histoire gay – Le kiné

Cela fait maintenant plus d’un mois que j’ai eu mon accident et une bonne semaine que je suis rentré chez moi.

Histoire gay – Le jeune homme de la piscine

Comme toutes les semaines je viens effectuer ma séance natation à la piscine olympique.

Histoire gay – Les policiers du bonheur

Voici une histoire de policiers, racontée par Thomas qui a 22 ans, châtain, yeux bleus, plutôt grand et bien bâti.