AccueilC'est la vieExpliquez-nous… L’urbanisation des « dents creuses » sur le littoral

Expliquez-nous… L’urbanisation des « dents creuses » sur le littoral

Les « dents creuses » sont des espaces non construits entre deux zones d’habitation.

Cela peut par exemple être une ancienne zone agricole entre deux villages, ou un trou laissé entre deux immeubles parce qu’un édifice y a été démoli et n’a pas été reconstruit.

Dans ce cas précis, dans le cas de l’assouplissement de la loi littoral envisagé dans le cadre de la discussion en première lecture du projet de loi logement, les « dents creuses » évoquent des zones vierges de toute construction enclavées entre deux zones de bâti en bord de mer.

Des zones qui aujourd’hui ne sont pas constructibles

La loi littoral de 1986 et sa jurisprudence empêchent de construire sur une bande de cent mètres à partir du rivage en dehors des zones déjà urbanisées. Cela n’est pas appelé à changer. Elle interdit aussi de construire sur les zones vierges entre des hameaux, ou entre une agglomération et des habitations isolées: les fameuses dents creuses.

C’est ce point qu’un amendement des députés La République en Marche voté il y a deux semaines en commission proposait de modifier.

De vifs débats à l’Assemblée

Certains élus ont appelé à refuser d’ouvrir la moindre brêche dans la loi littoral, en rappelant son objectif d’origine: éviter le bétonnage des côtes.

A lire aussi
Sexy Chef - Salade de Lentilles, œuf poché et pamplemousse rose

Des organisations de protection de l’environnement se disent aussi très inquiètes.

D’autres élus regrettent que l’amendement soit étudié dans le cadre d’une loi économique, voient derrière l’amendement « l’appétit de promoteurs immobiliers », ou déplorent qu’il n’y ait pas eu concertation, de prise en compte d’études d’impact sur l’environnement.

Les amendements adoptés à ce stade

Les députés à l’origine de l’amendement ont rétorqué que le but n’était pas d’aller à l’encontre de la loi, ni dans ses fondements ni dans ses principes, mais de faire les choses au cas par cas, dans un souci de cohérence des zones bâties, pour faciliter la vie des communes aux habitations très dispersées.

Les amendements finalement votés aujourd’hui à l’Assemblée envisagent l’urbanisation des « dents creuses » mais précisent qu’elle ne pourra s’appliquer ni dans la bande des cent mètres du littoral ni dans les espaces proches du rivage, qu’elle sera réservée aux « logements et aux services publics » et que seront exclus les projets « de nature à porter atteinte à l’environnement ou aux paysages ».

Emilie Gautreau décrypte un sujet, un concept, un mot qui fait l’actualité. Un zoom explicatif sur un point de l’actualité.

 

Pas de commentaires

laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.