[squarelink id=”3c0775a5db2ca9d27aa8dc00c3a84636″]

Vincent Eschalier est un architecte fidèle. A l’automne 2014, il livre le troisième restaurant de son ami Charles Compagnon, distingué par le Prix Fooding du meilleur Bistrot 2014.

Après le Richer et l’Office, deux hautes adresses de la bistronomie du 9ème arrondissement de Paris, c’est le troisième restaurant que l’architecte conçoit pour Charles Compgnon. Ici, Vincent Eschalier réalise l’architecture et l’architecture intérieure, et oeuvre avec la complicité de Gesa Hansen pour la décoration.

52_fbg_Saint_Denis-19

Résultat ?
Dans un quartier populaire de Paris qui est en pleine évolution, un ancien charcutier-traiteur transformé en une salle brute et authentique, avec des matériaux nobles choisis avec soin, où Vincent Eschalier évite à tout prix la mise en scène et le geste déco pour que le client se concentre sur l’essentiel, l’esprit que Charles Compagnon souhaite instaurer.

Le lieu n’en est pas néanmoins chaleureux et clair, grâce à une grande baie vitrée qui donne sur l’activité du Faubourg. La façade sobrement laquée noir donne le ton : la terrasse des beaux jours sera abritée par un auvent en tôle et éclairée par de gigantesques suspensions industrielles.

A l’intérieur, Vincent Eschalier a littéralement déshabillé l’espace : mise à nu des murs qui laissent apparaître brique de parement et béton brut, mise à nu du plafond, qui laisse voir les gaines d’aération venant des cuisines, et qui tels deux circuits noirs rythment la salle en lui donnant des allures de loft industriel. Au plafond toujours en fibre de bois, Vincent Eschalier met en place un éclairage linéaire, avec des suspensions industrielles et des appliques coniques, qui viennent compléter l’ambiance de loft.

Au centre de la salle se dresse le bar, qui retient toute l’attention. De forme carrée, il est recouvert de tasseaux de bois blond cylindriques, (chêne) non verni. Le plateau en marbre de Carrare apporte une touche d’élégance tout en restant dans le registre des matériaux authentiques et intemporels.

Le mobilier a été dessiné sur mesure par Gesa Hansen et Vincent Eschalier : des tables carrées en stratifié vert bouteille sont disposées tout autour de la salle devant des banquettes en cuir brun caramel, les tables centrales sont plus grandes et présentent des plateaux en marbre ou en bois brut. Les chaises (chinées) tout en bois affichent une allure 1950’s avec une alternance de dossiers ajourés et pleins qui donne une certaine vibration à la salle.

Dans ce projet, Vincent Eschalier a recherché une certaine authenticité du décor et la plus grande fonctionnalité possible de la salle à la cuisine.
Aucun trait superflu, ou qui ne soit pas directement au service du confort du client ou des équipes de Charles Compagnon.
En somme un projet qui témoigne de la capacité de l’architecte à totalement appréhender la destination de son lieu…
Et sa vie une fois les travaux achevés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne manquez acucune info gay

et recevez immédiatement un cadeau !

Vous aimerez aussi

Les hommes qui ont du ventre sont meilleurs au lit !

Selon une étude turque, nous serions plus épanouis sexuellement avec les hommes qui ont du ventre qu’avec un Apollon.

Est-ce bien raisonnable d’arborer une chemisette au travail ?

SI LE MAUVAIS GOÛT NE CONNAÎT PAS LES SAISONS, il semble particulièrement se plaire au soleil. Ainsi, outre la réapparition des pichets de rosé et des pare-soleil de voiture à l’effigie de Dora l’exploratrice, le début de l’été marque, chaque année, le déferlement d’une série d’accessoires vestimentaires particulièrement redoutables. Citons, pêle-mêle, les Crocs, les bobs, les marcels, les pantacourts, les sandales à scratch et, plus sournoises, les chemisettes.

Tempero, un bistrot aux accents brésiliens

À deux pas de la bibliothèque François Mitterrand, la plus brésilienne des cheffes parisiennes a ouvert une table vraiment formidable.

Ce qu’il ne faut jamais faire en Corée du sud

Nous rêvons tous de voyager et de connaître des choses incroyables issues d’autres cultures.

Les plans à 3 chez les gays

Une rencontre à trois, ça se cherche, ça se provoque et ça se fait avec quelqu’un qui en a envie