Des phrases à éviter

"Si j'étais toi...", "Je vais essayer"... Ces formules que vous utilisez spontanément ont un message implicite souvent blessant. Du coup, mieux vaut les éviter.3 min


44
8 shares, 44 points

« Si j’étais toi… », « Je vais essayer »… Ces formules que vous utilisez spontanément ont un message implicite souvent blessant. Du coup, mieux vaut les éviter.

Souvent, des petites phrases « anodines » se glissent, au hasard d’une conversation. Des propos maladroits, des routines verbales, que l’on pense bienveillants mais qui abîment à notre insu la relation avec nos collègues, collaborateurs, clients. Car les gens ressentent et traduisent vite le sens caché derrière les mots: le refus de l’autre. On croit que l’échange au quotidien est intuitif, que c’est un talent, une facilité. Et bien non. Le parler, qui nous lie aux autres, ça se travaille afin de rester naturel et vrai. Démonstration.

« Tu n’aurais jamais dû. »
C’est un jugement qui culpabilise l’autre, en faisant abstraction de son investissement. Son interprétation est alors double. 1/ Il n’a pas obtenu de résultats honorables. 2/ Il n’a pas respecté les normes, les règles. Cela le peine. Du coup, il va se justifier,  » je ne savais pas… » déclenchant une escalade d’arguties.

>> Préférer: « Tu pensais bien faire ». C’est le comportement qui est critiqué, et pas l’intention. Reconnaissant à l’autre sa bonne volonté, vous ouvrez la voie à une amélioration future. Il sera plus enclin à réparer son erreur… avec votre aide.

« Tu ne peux pas dire ça. »
Ah oui, et en vertu de quoi ? Vous privez l’autre du droit de s’exprimer, de ressentir, sans prendre de gants en plus. Vous la jouez en frontal, malgré vous, : l’autre a tort, le ton va monter.

>> Préférer: « Je ne demande qu’à être convaincu. » Se mettre en retrait, en posture d’écouter, permet à votre interlocuteur d’aller au bout de ses arguments. Sur le fond, vous ne lâchez rien. Quitte à conclure que sincèrement, vous estimez avoir raison.

« Si j’étais toi, je ferais… »
Là, vous tuez la relation, déniant l’existence même de l’autre. Vous l’empêchez d’avoir son opinion, en vous mettant d’autorité à sa place. De fait, vous désiriez lui donner un conseil, mais vous devenez un donneur de leçons.

>> Préférer: « Dans cette situation, tu pourrais… » Avec ces mots, vous ne vous substituez pas à lui. Vous lui ouvrez des perspectives, des possibilités, en lui laissant son libre arbitre.

« C’est super facile, tu ne peux pas te tromper. »
Vous niez la difficulté, du coup vous rabaissez l’individu, sous-entendant qu’un enfant y parviendrait. En outre, vous oubliez la relativité de l’effort : pour vous c’est facile, pour lui non. Il comprend « débrouille-toi ! »

>> Préférer:  « Oui, ce n’est pas évident, je t’explique. » Vous convenez de la difficulté et donnez des éléments pour l’aborder sereinement. Ce qui renforcera la coopération entre vous deux.

« C’est pas mal ! »
Il y a plus enthousiasmant comme appréciation. La formule est condescendante et négative. Et puis, vous n’apportez rien à l’autre, avec de l’indifférence, du « bof  » dans ces propos. Loin, peut-être, d’une authentique satisfaction.

A lire aussi
Laissez reposer la viande ?

>> Préférer: « C’est bien, ça pourrait être encore mieux. » Vous reconnaissez la valeur de ce qui a été réalisé, ce qui crée chez la personne l’envie, l’appétence, la volonté de s’améliorer. Vous lui transmettez de l’énergie.

« Pour être transparent avec toi… »
Est-ce à dire que les autres fois vous mentez ? Vous manipulez ? Avec certains et pas avec d’autres ? Le doute est permis. En réalité, vous voulez éviter de nuire à votre interlocuteur en lui donnant les clés de compréhension.

>> Préférer: « La raison pour laquelle…, c’est… » Vous montrez que vous avez mesuré que la décision avait un fort impact sur l’individu. Dès lors, il vous saura gré que vous lui clarifiez les choses en explicitant les contraintes, les critères, le contexte.

« Je vais essayer. »
Une telle affirmation vous engage à moitié, puisque avec l’idée de l’essai, vous vous réservez la possibilité d’échouer ou de revenir en arrière. De fait, vous n’êtes pas sûr de réussir, mais vous confondez obligation de moyen et obligation de résultat.

>> Préférer: « Je vais le faire. » Vous signalez une implication, vous êtes prêt à faire le maximum. Certes, vous n’êtes pas maitre du résultat, mais vous êtes maître de vos actions. C’est positif

« Je le fais dès que j’ai le temps. »
Sentence terrifiante ! Elle sous-tend que l’autre est le cadet de vos soucis, vous êtes bien trop occupé. La demande restera donc en bas de votre « to do list ». L’interlocuteur a le sentiment que ni sa requête ni lui n’ont d’importance. Une position de supériorité que vous affichez alors que vous souhaitiez juste signifier votre indisponibilité à l’instant « t ».

>> Préférer: « Je le fais dès que possible. » Vous indiquez que vous avez des contraintes à gérer, mais que répondre à la demande vous tient à coeur. La personne est prise en considération, elle peut compter sur vous.

François Laure a écrit avec Jansky Jarocki « Les mots pour réussir ensemble – Phrases magiques et scripts gagnants« , Dunod.

lexpress-styles-logo-300x112jpg-logo

Ne manquez aucune info gay !

Abonnez-vous au Club Jimmy pour ne manquer aucune info gay dans votre boîte e-mail. Vous recevrez immédiatement un cadeau

Félicitations, vous etes abonné au Club Jimmy. Rendez-vous dans votre boite mail.

Désolé, une erreur est survenue. Veuillez recommencer.

Powered by Best Social Sharing Plugin for WordPress Easy Social Shre Buttons


Like it? Share with your friends!

44
8 shares, 44 points

Quelle est votre réaction?

Bof Bof
16
Bof
Beaux gosses! Beaux gosses!
5
Beaux gosses!
LOL LOL
53
LOL
J'adore J'adore
48
J'adore
OMG OMG
42
OMG
fun fun
16
fun

Un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Des phrases à éviter