AccueilCultureCinéma : Les Nouveaux sauvages

Cinéma : Les Nouveaux sauvages

L’inégalité, l’injustice et l’exigence auxquelles nous expose le monde où l’on vit provoquent du stress et des dépressions chez beaucoup de gens. Certains craquent. Les Nouveaux sauvages est un film sur eux.

 

Vulnérables face à une réalité trouble et imprévisible, les personnages des Nouveaux sauvages traversent la frontière qui sépare la civilisation de la barbarie. Une trahison amoureuse, le retour du passé, une tragédie ou même la violence d’un détail du quotidien sont les détonateurs qui poussent ces personnages vers l’indéniable plaisir de perdre le contrôle…

Disponible sur Amazon
EUR 17,99

« Les Nouveaux sauvages » se reçoit telle une gifle en pleine figure par la violence qui explose dans chacun des sketches qui constituent ce film… Si c’est bien ce thème central qui est à la base de ces six histoires, on retient surtout l’analyse et la construction habile et très précise du mécanisme qui fait surgir cette violence, par l’accumulation de petits riens qui font basculer la balance d’un seul coup, tel un couperet impitoyable !

Chaque histoire est en fait très bien traitée sous un angle d’attaque très différent du déséquilibré dangereux embarqué dans une spirale sans fin, comme on nous le présente depuis quelques faits divers récents, jusqu’au personnage lambda qui va craquer à partir d’un détail qui va finir par le dévorer et l’engloutir complètement !

Le réalisateur argentin Damian Sczifron a donc eu l’idée et l’intelligence de mettre dans son panier tout un tas de maux de notre société moderne, jalousie, moquerie, individualisme, persécution, sentiment d’injustice,… comme points de départ à chacune des situations mises en place et le résultat est tout simplement incroyable au niveau de l’efficacité de son film…

Même s’ils ne sont pas reliés entre eux, le passage de l’un à l’autre sketch semble fluide comme si chaque petit film appelait le suivant pour aborder ce thème différemment mais avec toujours le même panache ! Et on appréciera certainement plus certains que d’autres, car il faut bien avouer que certaines histoires très kafkaïennes sont proches de ce que l’on peut vivre dans sa vie et qu’on a donc forcément connu sans aller jusqu’à ce point de non retour forcément…

A lire aussi
Les Parisiens : Anthony, Fabrice et François

Quoique rien ne peut nous dire ce qui nous sera un jour réservé ? L’identification joue donc en plein et le ressenti est dans ce cas d’autant plus fort ! Et si l’on rit très nerveusement de ces règlements de compte, pétages de plomb, en tous genres, c’est sans doute pour mieux exacerber cette violence qui est contenue au fond de tout un chacun, mais qu’heureusement on maîtrise en général le mieux possible en personne apparemment civilisée que l’on essaie d’être aux yeux des autres ! L’humour très noir est dans tous les cas, vraiment excellent, et l’imagination débordante de Damian Sczifron pour arriver à tous ces rebondissements spectaculaires, est franchement de haut vol ! C’est tout simplement fou à ce niveau…

Tous les comédiens dans ces rôles complexes sont d’ailleurs franchement remarquables. Certaines leçons sont assurément à tirer de ces histoires, en particulier celle de l’accident dans un milieu où règnent l’argent et le pouvoir, quant à celle de notre pauvre ingénieur, on se met tout à fait à sa place, car tout bon parisien risque de connaître cette situation identique avec sa propre voiture… Maintenant, quoiqu’il arrive, on n’oubliera pas de rester bien sûr prudent, courtois et même aimable sur la route, alors que toute invitation à un mariage sera soupesée en mesurant les risques comme il se doit… À réfléchir donc ! Du cinéma cruel, drôle et pertinent avec un fond de vérité évident !

Article précédent
Article suivant
Pas de commentaires

laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.