Les (bonnes) raisons de ne pas aimer le Seigneur des Anneaux

Depuis la sortie des films de Peter Jackson, tout le monde aime Tolkien. L'écrivain connait un regain de popularité, et la fantasy n'a jamais été autant à la...

Depuis la sortie des films de Peter Jackson, tout le monde aime Tolkien.  L’écrivain connait un regain de popularité, et la fantasy n’a jamais été autant à la mode.

Les jeunes filles (el les garçons) tombent amoureux(ses) des elfes, les enfants trouvent Gollum « trop chou »… Tout cet engouement, ça en devient presque énervant. Parce qu’au fond, le Seigneur des Anneaux, c’est rien d’autre qu’une histoire sur une guerre pour une fichue bague, y’a pas de quoi lapider un mouton…

Et puis de toutes façons, c’est beaucoup trop mainstream pour vous. Vous, vous conchiez Gandalf, Sauron et les autres. Pour ces (bonnes) raisons.

Y’a beaucoup trop de personnages
Rien qu’Aragorn, faut se taper toute sa généalogie à chaque fois qu’on le rencontre, « Aragorn fils d’Aratorn descendant d’Isildur », c’est un peu long sur une carte de visite.

Les noms sont durs à retenir
Les Uruk-Hai, Minas Tirith, Lothlorien, Boromir et Faramir,
Et encore! Préparez-vous à retenir tous les noms des nains dans Bilbo, ça va être coton.

La vrai star est une créature schizo (gollum)
Et se moquer allègrement comme ça des gens qui ont un problème psychologique, c’est déplacé.

Un titre racoleur
On nous promet le Seigneur DES anneaux. Alors certes, on nous parle brièvement des fameux anneaux au début (qui servent plus ou moins à rien, autant le dire), mais toute l’histoire se concentre sur une seule de ces babioles. A ce moment là, Monsieur Tolkien, fallait pas mettre « des » dans le titre. On nous vend une BMW toute option et on reçoit une Polo. Comme l’impression qu’on nous prend pour des ravioles.

Trois bouquins super épais et écrits tout petit
Ca fait toujours intelligent de se trimballer avec un gros bouquin (sauf quand c’est un Marc Levy ou un dictionnaire), mais ça picotte les yeux (et du coup ça assèche les lentilles et ça coûte plus cher en solution, bravo), ça fait mal au crâne (rien que pour retenir les personnages, déjà), et aux bras. Sans compter qu’on ne peut pas se payer le luxe de sauter une ligne sous peine de ne plus rien comprendre, et qu’on peut même pas se servir des bouquins comme tapette à mouche sous peine de péter une vitre.

Des méchants et des gentils. C’est tout.
En Terre du Milieu, point de nuance, d’évolution psychologique ou de degré de bien et de mal. Non, soit t’es gentil (et le soleil rayonnera sur toi), soit t’es méchant-pas-beau et tu veux répandre le mal partout. On pourrait dire que le monde de Tolkien souffre d’une « dichotomie certaine entre le bien et le mal et que cette vision manichéenne dessert presque la sincérité qu’a mis l’auteur en tentant d’établir un monde plein d’authenticité », mais ce serait se la péter. Alors on le pensera, juste.

Des situations un peu trop ambiguës
Un vieux barbu qui veut emmener quatre gosses un peu efféminés dans un endroit où personne ne pourra les déranger, soit disant pour sauver le monde… Chez nous on appelle ça une cave, m’enfin.

Un anneau aux pouvoirs un peu contraignants
Au départ simple anneau magique conférant l’invisibilité dans Bilbo le Hobbit, il devient objet surpuissant capable de contrôler les porteurs des autres anneaux, mais quand c’est un hobbit qui le porte, il ne contrôle plus rien et se fait repérer par ses ennemis. Tout ça pour un pouvoir d’invisibilité qui peut-être pallié par une cape d’invisibilité piquée à Poudlard…

Des héros en mousse
Un Roi qui passe son temps à chialer, une grande perche avec des cheveux blonds rayonnants qui ne parle qu’en vers, un nain qui a piqué le coiffeur de Larusso, un jardinier joufflu au regard limite dérangeant, deux marioles qui foutent le bordel en se faisant capturer… Une belle bande de bras cassés, en somme.

Des fans à la limite de l’inquiétant
Réunions, festivals, pèlerinages en Nouvelle-Zelande, cosplays parfois douteux, réalisation d’un moyen-métrage (comme un long-métrage mais en plus court, mais quand même plus long qu’un court-métrage)… Certains vont même jusqu’à apprendre le Sindarin et le Quenya, des langues elfiques trop méconnues.

Et vous, vous aimez Frodon et sa clique?

Article publié pour la première fois le 29/02/2016

Publicités
Catégories
Culture
Pas de commentaire

Laissez un commentaire

*

*

  • Le beau Timothy Garkusha de U Models est photographié par Marco Ovando dans un photoshoot sexy. ...
  • Chanteur béarnais et candidat à la présidentielle : mais au fait c’est qui Jean Lassalle ?   Bonus Publicités On a choisi pour vous...
  • Gay
    Vous le reconnaissez sans doute si vous avez suivi les dernières saisons de Ru Paul’s Drag Race : Jaremi Carey est bien l’alter ego de Phi Phi O’Hara ...
  • Les Parisiens : Geoffrey et Mathieu. ...

VOUS AIMEREZ AUSSI

Ne manquez plus aucune info gay
et devenez VIP du Club Jimmy
Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers
Ne plus me montrer