Suivez-nous sur

C'est la vie

Adam est gay et il raconte son histoire de réfugié

Adams a 21 ans. Il vient de Côte d’Ivoire. Il est arrivé en France en août 2017. Il revient sur les raisons qui l’ont poussé à tout quitter : son pays, ses racines, sa culture… […]

Publiée

le

Adams a 21 ans. Il vient de Côte d’Ivoire. Il est arrivé en France en août 2017. Il revient sur les raisons qui l’ont poussé à tout quitter : son pays, ses racines, sa culture…

 

Qu’est ce qui t’a amené à quitter la Côte d’Ivoire ?
C’était devenu trop dangereux. J’habitais un village où tout le monde se connaissait. Ses habitants font partie d’une communauté qui est présente dans tout le pays. J’étais en couple avec un Libanais et un soir, on s’est embrassé dans sa voiture. Des voisins nous ont vu. J’ai couru jusqu’à la maison et je me suis enfermé dans ma chambre. Mais très vite, j’ai entendu des cris dans la maison : « On va le tuer ! ». Je me suis enfui par la fenêtre et me suis réfugié chez mon oncle. Je lui ai raconté ce qu’il m’arrivait : il m’a mis à la porte. Un cousin m’a dit qu’en fait, tout le village était au courant et qu’il fallait que je parte. Le plus vite possible. Ma vie était en danger.

Tu es donc d’abord parti à Abidjan ?
Oui. Un ami m’a aidé à payer un billet jusqu’à Casablanca. Je n’avais pas besoin de visa pour le Maroc. J’ai travaillé un mois au Maroc pour avoir un peu d’argent pour passer en Europe. Puis je suis monté jusqu’à Nador, la ville la plus proche de l’enclave espagnole au Maroc de Melilla. Avec d’autres, on a alors envisagé la traversée de la Méditerranée. La distance pour atteindre Alméria en Espagne est d’environ 200 kilomètres. On s’est cotisés à plusieurs, pour acheter un zodiac et un moteur. Et le 4 avril 2017 à une heure du matin, on est parti. On était 52 personnes sur le zodiac. On a avancé au nord sur la mer jusqu’au moment fatidique où nous n’avions plus d’essence. On a alors espéré très fort être dans les eaux territoriales espagnoles. A 18 heures, la Marine espagnole nous a récupéré. Et nous a amené à Alméria au sud de l’Andalousie, puis à Barcelone dans un centre d’étrangers. En fait, ce centre est comme une prison. J’y suis resté un mois et demi.

A lire aussi
Des images jugées irrespectueuses du président Xi Jinping

Comment s’est passée ton arrivée en France ?
Je suis d’abord passé par un centre de la Croix Rouge à Cordoue où j’ai choisi la France comme pays de destination. D’abord pour la langue. On m’a donné un billet pour Bilbao au Pays Basque espagnol. J’ai dû payer 100 euros un passeur pour traverser la frontière franco-espagnole. Puis je suis arrivé à Paris via Bordeaux.

Tu es enfin arrivé…
Oui. Mais à Paris, je ne savais pas où aller. J’étais perdu. J’ai passé une semaine à dormir dehors à la Porte de la Chapelle. Puis j’ai rencontré un Camerounais qui m’héberge en région parisienne. Fin mars, j’ai rendez-vous à l’OPFRA pour mon dossier de demandeur d’asile. Le 10 février, je suis allé au Centre LGBT où j’ai rencontré un bénévole de l’ARDHIS. Pour la première fois depuis presque un an, j’ai pu parler librement sans peur de tout ce qui m’était arrivé. J’ai trouvé comme une deuxième famille…

A lire aussi
Google teste la consultation médicale à distance

FT 600-12

Dans le cadre la campagne de Hornet #DecriminalizeLGBT, Hornet publie des témoignages des gays réfugiés en France pour échapper à l’homophobie de leur pays d’origine.

Continuez la lecture
Partenaires
Cliquer pour ajouter un comentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

C'est la vie

Le nombre de rapports sexuels idéal pour être heureux ?

Le nombre de rapports sexuels idéal pour être heureux? Tout dépend de celui des autres. Combien de fois par semaine faut-il faire l’amour pour être heureux?

Publiée

le

Le nombre de rapports sexuels idéal pour être heureux? Tout dépend de celui des autres. Combien de fois par semaine faut-il faire l’amour pour être heureux? A priori, la réponse à cette question devrait être subjective, mais cette étude publiée dans la revue Social Indicators Research permet une tentative de définition du nombre de rapport idéal.

« Avoir plus de relations sexuelles augmente le bonheur, mais ce qui rend les gens encore plus heureux c’est de penser que notre fréquence de rapports est supérieure à celle des autres, » explique Tim Wadswort, professeur de sociologie à l’université du Colorado, le principal auteur de l’étude. D’après ses résultats, nous serions généralement plus heureux quand la fréquence de nos rapports sexuels se trouve légèrement au-dessus de la moyenne nationale.

Si l’on se base sur la moyenne nationale en France qui est de 8,9 rapports par mois, selon nos calculs les Français devraient donc faire l’amour environ trois fois par semaine pour être parfaitement heureux. Pour quelles raisons? Explications.

Question de comparaison

couple gay

couple gay

Afin de comprendre comment la vie sexuelle des autres nous influence, Tim Wadsworth s’est intéressé au cas de 15.000 américains dont les habitudes de vie ont été recensées entre 1993 et 2006. Ces sondages nationaux lui ont permis de déterminer dans quelle mesure la fréquence des rapports sexuels influençait le bien être. La première conclusion à laquelle il est parvenu en analysant ces chiffres? Plus les rapports sexuels étaient fréquents, plus le bonheur rapporté était élevé.

A lire aussi
Une application qui reconnaît les visages et vous informe sur votre interlocuteur

Mais si l’étude s’arrêtait là, on n’aurait rien appris de nouveau. Car ce qu’a également découvert notre chercheur, c’est que plus les autres ont de rapports sexuels, moins on est heureux. Pour être vraiment satisfait de sa vie sexuelle, il faudrait donc avoir un peu plus de rapports sexuels que la moyenne. Bref, nous réagirions un peu comme cet écolier qui, malgré un 15 en maths ne serait pas content parce que la plupart de ses camarades auraient 16.

Pour parvenir à cette conclusion, le sociologue a créé plusieurs groupes à partir des données fournies par ces 15.000 américains, chacun des groupes jouant le rôle d’une sorte de classe sociale, de la même manière qu’on compare les revenus en fonction des catégories socioprofessionnelles.

En introduisant donc cette notion de groupe, le chercheur s’est ainsi rendu compte que le bonheur était pondéré par l’appartenance à tel ou tel groupe. Finalement, le bonheur ne serait donc pas lié uniquement à la fréquence des rapports mais aussi à ceux qu’on imagine ou dont on sait être ceux de son entourage.

A lire aussi
Tout est vrai (ou presque) - Omar Sy

Le rôle des médias

Cependant, à l’inverse des signes extérieurs de richesse et des bonnes notes en maths, le sexe est (en général) une affaire privée. Alors comment estimer le nombre de rapports sexuels qu’ont nos voisins ou nos amis?

D’après Tim Wadsworth, ce sont principalement les médias qui nous éclairent sur le sujet. « Les magazines tels que Glamour ou Cosmopolitan publient fréquemment des sondages sur le sexe », rappelle-t-il.

La télévision et le cinéma pourraient aussi jouer un rôle, d’autant que les informations sont relayées par le bouche-à-oreille. « De multiples études démontrent que les gens sont informés du comportement sexuel des autres grâce aux discussions qu’ils ont avec leurs amis », indique Tim Wadsworth, avant d’ajouter : « Ainsi, si un individu a 2 ou 3 rapports sexuels par mois mais pense que ses amis en ont 4 par mois, sa probabilité de se sentir heureux chute de 14%. »

« L’humain est une créature sociale; toute conscience de soi, toute identité, est dépendante du regard des autres », conclut Tim Wadsworth. Voilà pourquoi avec une moyenne de 8,9 rapports sexuels par mois en France, trois rapports sexuels par semaine pourraient faire définitivement oublier le légendaire pessimisme des Français.

[poll id= »16″]

En attendant, voici quelques bonnes raison de se hisser au-dessus de la moyenne:

Originally posted 2014-02-11 17:23:29.

Continuez la lecture

C'est la vie

Recette de la garbure, un plat typique gersois

Découvrez en images la recette traditionnelle de la garbure.

Publiée

le

Découvrez en images la recette traditionnelle de la garbure.

 

Plus de vidéos cuisine

A lire aussi
Recette - Bûche Matcha-Framboise
Continuez la lecture

C'est la vie

Sexy Chef – Biscuit chaud au chocolat

Voici un dessert gourmand et sans matières grasses : Un Biscuit Chaud au Chocolat !

Publiée

le

Voici un dessert gourmand et sans matières grasses : Un Biscuit Chaud au Chocolat !

Une recette simple, rapide et facile à faire à la maison sans culpabiliser.

Ça vous tente ?
Alors, à vos fourneaux et bon appétit !

Ingrédients

• 270 g de chocolat noir
• 250 g de beurre
• 9 œufs
• 360 g de sucre
• 150 g de farine tamisée

Étapes

Casser le chocolat en petits carrés et mettre au bain-marie avec le beurre.

Battre les jaunes et le sucre au batteur jusqu’à obtention d’un appareil bien homogène.

Mélanger les deux premières préparations

Ajouter délicatement la farine tamisée

Répartir dans de petits ramequins à l’aide de 2 c-à-s

Passer au four. 6 min à 180° (Thermostat 7)

Valentin Néraudeau n’est pas désagréable à regarder. Avec lui à l’écran, on se lèche les babines pour ses recettes des plus délicieuses et pour son physique des plus agréables.

Plus de Valentin Néraudeau

Découvrez également notre site pour découvrir nos vidéos hot : Club Jimmy Gay X

A lire aussi
Google teste la consultation médicale à distance
Continuez la lecture

Les plus lus !